Hormonothérapie dans le traitement du cancer de la prostate : comment ça fonctionne?

Noter cet article
Hormonothérapie dans le traitement du cancer de la prostate : comment ça fonctionne?

Le cancer de la prostate est une maladie qui affecte la glande de la prostate chez les hommes. Cette glande, qui est située sous la vessie, produit le liquide séminal qui transporte les spermatozoïdes. Le cancer de la prostate se développe lorsque les cellules de la prostate se multiplient de manière anormale, causant la formation de tumeurs.

Le cancer de la prostate est l’une des formes de cancer les plus courantes chez les hommes, avec près de 1,3 million de nouveaux cas diagnostiqués chaque année dans le monde. Dans certains cas, la tumeur peut se développer lentement et ne causer aucun symptôme, tandis que dans d’autres, elle peut se propager à d’autres parties du corps, causant des douleurs, des problèmes de miction et d’autres symptômes.

Le traitement du cancer de la prostate peut inclure une combinaison de chirurgie, de radiothérapie et de chimiothérapie. Cependant, l’hormonothérapie est également une option courante pour traiter ce type de cancer.

Qu’est-ce que l’hormonothérapie ?

L’hormonothérapie, également connue sous le nom de thérapie de suppression androgénique, est une forme de traitement qui vise à bloquer les hormones mâles appelées androgènes, qui stimulent la croissance des cellules de la prostate. L’hormonothérapie est généralement utilisée pour traiter le cancer de la prostate avancé ou métastatique, qui s’est propagé à d’autres parties du corps.

Les androgènes, tels que la testostérone, sont produits par les testicules chez les hommes et par les glandes surrénales chez les femmes. Lorsque les cellules de la prostate sont exposées aux androgènes, elles peuvent se multiplier et devenir cancéreuses. L’hormonothérapie vise à réduire les niveaux d’androgènes dans le corps, réduisant ainsi la stimulation des cellules cancéreuses de la prostate.

Lire aussi :  La caroube : un remède naturel contre la constipation

Il existe deux types d’hormonothérapie : la thérapie de privation androgénique (TDA) et la thérapie de blocage androgénique (TBA). La TDA consiste à empêcher les testicules de produire des androgènes, tandis que la TBA fonctionne en bloquant les récepteurs d’androgènes sur les cellules cancéreuses de la prostate.

Comment fonctionne l’hormonothérapie ?

Lorsque l’hormonothérapie est utilisée pour traiter le cancer de la prostate, elle réduit les niveaux d’androgènes dans le corps. Cette réduction des niveaux d’androgènes ralentit la croissance des cellules de la prostate, réduisant ainsi la taille de la tumeur.

L’hormonothérapie peut être administrée de différentes manières, notamment par injections, comprimés et implants. Les médicaments utilisés dans l’hormonothérapie incluent des agonistes de l’hormone de libération de gonadotrophine (LHRH) tels que le goséréline, la flutamide, le bicalutamide, le nilutamide, le cyprotérone et l’acétate d’abiratérone.

Les agonistes de l’hormone de libération de gonadotrophine (LHRH) fonctionnent en stimulant la glande pituitaire pour qu’elle libère des hormones qui bloquent la production d’androgènes dans les testicules. Les antagonistes de la LHRH, tels que le dégarelix, fonctionnent en bloquant directement la LHRH, ce qui entraîne une diminution rapide des niveaux d’androgènes dans le corps.

Les antiandrogènes, tels que la flutamide, le bicalutamide, le nilutamide et le cyprotérone, bloquent les récepteurs d’androgènes sur les cellules de la prostate, empêchant ainsi les androgènes de stimuler leur croissance. L’acétate d’abiratérone, un inhibiteur de la biosynthèse des stéroïdes, bloque la production d’androgènes dans les testicules, les glandes surrénales et les tissus cancéreux eux-mêmes.

Quels sont les effets secondaires de l’hormonothérapie ?

Bien que l’hormonothérapie soit efficace pour traiter le cancer de la prostate, elle peut entraîner des effets secondaires indésirables. Les effets secondaires courants de l’hormonothérapie comprennent la baisse de la libido, l’impuissance, la prise de poids, la fatigue, la perte de masse musculaire, la réduction de la densité osseuse, les bouffées de chaleur et les sueurs nocturnes, ainsi que l’augmentation du risque de diabète, de maladies cardiaques et de démence.

Lire aussi :  La biopsie prostatique : Tout ce que vous devez savoir

La plupart des effets secondaires de l’hormonothérapie sont temporaires et disparaissent une fois que le traitement est terminé. Cependant, certains effets secondaires, tels que la perte de densité osseuse, peuvent être permanents et nécessitent une surveillance continue.

En conclusion, l’hormonothérapie est une option courante pour traiter le cancer de la prostate avancé ou métastatique. Elle fonctionne en réduisant les niveaux d’androgènes dans le corps, ce qui ralentit la croissance des cellules de la prostate. Cependant, l’hormonothérapie peut entraîner des effets secondaires indésirables, qui nécessitent une surveillance continue auprès d’un médecin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *