La résection de la prostate : une solution pour traiter l’hypertrophie bénigne de la prostate

Noter cet article
La résection de la prostate : une solution pour traiter l’hypertrophie bénigne de la prostate

La prostate est une glande de l’appareil reproducteur masculin située sous la vessie, qui produit un liquide sécrété lors de l’éjaculation. Avec l’âge, il arrive que cette glande se développe de manière excessive, ce qui entraîne une hypertrophie bénigne de la prostate. Cette pathologie, qui touche environ 50% des hommes de plus de 50 ans, peut occasionner des troubles urinaires tels que des mictions fréquentes, une sensation de brûlure, une diminution du jet urinaire, ou encore des fuites urinaires. Pour traiter cette hypertrophie, la résection de la prostate est l’une des options thérapeutiques les plus couramment utilisées.

La résection de la prostate est une intervention chirurgicale qui consiste à enlever une partie de la glande prostatique pour soulager les symptômes liés à l’hypertrophie bénigne de la prostate. Cette opération se pratique sous anesthésie générale ou rachianesthésie (anesthésie locale du bas du corps). Le chirurgien utilise une technique appelée résection endoscopique de la prostate (REP), qui permet d’intervenir en passant par l’urètre, sans avoir besoin d’ouvrir l’abdomen. Un endoscope, c’est-à-dire un tube muni d’une caméra miniature, est introduit par l’urètre pour permettre au chirurgien de visualiser la prostate pendant l’intervention.

Les étapes de la résection de la prostate

La résection de la prostate commence par une préparation du patient. Celui-ci doit être à jeun depuis la veille de l’intervention et avoir vidé son intestin grâce à un lavement. Il est également conseillé d’arrêter de fumer et de prendre certains médicaments (anticoagulants notamment) pour éviter les saignements.

Lire aussi :  Les terpènes de CBD : Comment fonctionnent-ils et quels sont leurs bienfaits ?

Une fois sous anesthésie ou rachianesthésie, le chirurgien introduit l’endoscope par l’urètre pour visualiser la prostate. À l’aide d’un fil électrique, il pratique ensuite des incisions dans la prostate pour libérer le canal urinaire et permettre un meilleur écoulement de l’urine. Les fragments de tissus prostatiques sont ensuite retirés par aspiration grâce à un appareil appelé morcellateur.

Le temps de l’intervention varie selon la taille de la prostate à retirer et peut prendre entre 30 minutes et 2 heures. Après l’opération, le patient est surveillé en salle de réveil pendant quelques heures avant de retourner dans sa chambre. La plupart du temps, il est en mesure de reprendre une alimentation normale dès le lendemain et de se lever pour marcher. Cependant, une sonde urinaire est généralement laissée en place pendant quelques jours afin de faciliter l’écoulement de l’urine.

Les bénéfices de la résection de la prostate

La résection de la prostate est une intervention qui a pour but de soulager les symptômes urinaires liés à l’hypertrophie bénigne de la prostate. Elle permet notamment de diminuer la fréquence des mictions, de restaurer un jet urinaire normal, de réduire les fuites urinaires, et d’améliorer la qualité de vie du patient. De plus, la résection de la prostate est une intervention peu invasive qui laisse peu de cicatrices et qui permet un temps de récupération relativement court.

Risques et complications de la résection de la prostate

Comme toute intervention chirurgicale, la résection de la prostate comporte des risques et des complications. Les risques liés à l’anesthésie sont rares mais peuvent survenir (réaction allergique, degré insuffisant d’analgésie, etc.). Les risques liés à l’intervention elle-même sont principalement des saignements, des lésions de l’urètre ou de la vessie, une infection, une incontinence urinaire ou une impuissance. Ces risques sont toutefois peu fréquents et leur occurrence dépend de plusieurs facteurs tels que l’état de santé du patient ou le degré d’expérience du chirurgien.

Lire aussi :  Comprendre les causes de la constipation et de la diarrhée

Le choix de la résection de la prostate doit être discuté avec le patient, en tenant compte des bénéfices attendus par rapport aux risques encourus. Une alternative à la résection de la prostate est la surveillance médicale, qui consiste à surveiller régulièrement l’évolution de l’hypertrophie bénigne de la prostate sans intervention chirurgicale. Cette option peut être envisagée si les symptômes urinaires sont peu gênants ou si le patient présente des contre-indications à la chirurgie.

Conclusion

La résection de la prostate est une intervention chirurgicale efficace pour traiter l’hypertrophie bénigne de la prostate chez les hommes. Elle permet de soulager les symptômes urinaires, de diminuer la fréquence des mictions et d’améliorer la qualité de vie du patient. L’opération est peu invasive et laisse peu de cicatrices, mais comporte cependant des risques et des complications qu’il convient d’évaluer avant de décider de la réaliser. Le choix entre la résection de la prostate et la surveillance médicale doit être discuté avec le patient en tenant compte de ses souhaits et de son état de santé général.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *